Trips

RETROSPECTIVE 2018 - SINGAPOUR - 2/6

In Singapore, the places to find nature are numerous. Besides the best known and visited, there are many others that fulfill an undeniable role. The policy of the city is that every inhabitant can enjoy a green place less than 20 minutes walk from his home. To the west of the central point, there is a narrow but long band of 7km gathering 3 parks in a row: Kent Ridge Park, Hort Park and Mount Faber Park, mixing urban jungle literally and didactic park and horticultural, as the Hort Park. There are easily accessible pathes or very steep trails, as well as footbridges that take us to the treetops. They all give happiness and freshness to cyclists, runners, pedestrians. The vegetation is luxuriant, natural but tamed or organized. The fauna flourishes there simply, in cohabitation with the man.

 

 

 

HORT PARK

True window of greenery on the city, It is about the most structured part of the park. An entire area is reserved for a production nursery that supplies all the parks.

      

 

Hort Park is composed of several thematic gardens that follow one another: the silver garden, the blue garden, the garden that can be eaten!

   

  

  

 

There are also many special plants, amazing, like this banana tree:

  

 

Laurent was happy :-) He had the banana.

 

  

  

  

 

Hort Park, a garden in the city, far from an utopia, a necessity.

RETROSPECTIVE 2018 - SINGAPOUR - 2/6

A Singapour, les lieux de nature sont nombreux. A côté des plus connus et visités, il y en a bien d'autres qui remplissent un rôle indéniable. La politique de la ville veut que chaque habitant puisse profiter d'un lieu vert à moins de 20 minutes à pied de son logement. A l'ouest de la pointe centrale, on trouve une bande étroite mais longue de 7km regroupant 3 parcs en enfilade: Kent Ridge Park, Hort Park et Mount Faber Park, mélant jungle urbaine au sens propre et parc à vocation didactique et horticole, comme le Hort Park. On y trouve des sentiers faciles d'accès ou très escarpés, ainsi que des passerelles qui nous balladent à la cime des arbres. Tous y trouve du bonheur et de la fraicheur, cyclistes, coureurs, piétons. La végétation est luxiriante, naturelle mais domptée ou organisée. La faune s'y épanouit simplement, en cohabitation avec l'homme.

 

 

 

HORT PARK

Véritable fenêtre de verdure sur la ville, Il s'agit de la partie la plus structurée du parc. Une zone entière est réservée à une pépinière de production qui alimente l'ensemble des parcs.

      

 

Hort Park est composé de plusieurs jardins thématiques qui se succèdent: le jardin argent, le jardin bleu, le jardin qui se mange !

   

  

  

 

On y trouve aussi beaucoup de plantes particulières, étonnantes, comme ce bananier:

  

 

Laurent en était tout retourné :-) Il avait la banane.

 

  

  

  

 

Hort Park, un jardin en pleine ville, loin d'une utopie, une nécessité.

RETROSPECTIVE 2018 - SINGAPOUR - 1/6

With the month of July, the holidays are announced, a truce for the nursery and the garden. This year, we decided to have fun and go where our heart tells us to go for quite a few years already.
I remember commercials on Liberty TV, for those who remember, with the qualities of the Singapore Arboretum. Yet at that time (2003 or 2004), Gardens by the bay and the famous Marina Hotel did not exist, any more than the ArtScience Museum.

From June 31, our plane takes off from Frankfurt, taking us to Dubai and finally to Singapore. The adventure begins.

From June 31 to July 13

 

GARDENS BY THE BAY

Undeniably, the image of Singapore is this:
A high-tech city, at the forefront of technology, much more modern than our old medieval or ancient carcasses, which make, however, dreaming asians. They dream of Europe, but they are not inspired by it. They are determined to look to the future in which they are already living.
But their futuristic city is in more ways than one:

Because Singapore is also this: An exuberant jungle where human works are inspired by nature. it is no longer a question of producing, constructing and throwing away, as we are still doing too much in Europe, but of creating harmony, observation of natural rules, mimicry and, above all, profound respect.

 
SUPERTREES GROVE

The Supertrees Grove is, without any questions, the symbol of these 101 hectares of gardens. Like natural trees, they bring beneficial shade when the sun is at its zenith, but not only.
They host an atypical flora in an original conservatory of ferns, vines, tillandsia, bromelias and rare orchids, sometimes endangered.
They are equipped with a specific technology, contributing in various ways, to supply the park with energy, via photovoltaic cells; to recover the rainwater, but also to cool the greenhouses via an inverted heat pump system. Each evening a sound and light show completes, magically, the different functions of these sculptures. it is no longer a question that a work, whatever it may be, has only one function. It is important to entertain and entertain the crowds, to attract tourism, but this unique will is not enough in Singapore. This lucrative demand must also be adapted to an ecological framework for recycling. The project is complete and effective.

 

Everywhere, at Gardens by The Bay, the supertrees are part of the landscape.

  

 

Marina bays Sands. From the top of this hotel you can access a unique view of Gardens By The Bay.

  

 

WALKING IN THE GARDENS

In Singapore, it is an existential choice to respect the Earth and all its components in an equal way. Nothing is better, everything is important. Also, the space left to the plants is preponderant. The city-state has understood the stakes of the 21st century and also the essential role of plants in safeguarding life on earth. They are omnipresent, in the city, are an integral part of all amenities. they are pampered, cared for and respected. A modern city for a possible future is a city where the plant is an essential element. They produce the oxygen we breathe, absorb pollution, filter the water we drink, cool the air in hot weather and protect us from wind and rain. They maintain the land and protect it from erosion, they feed and shelter, bring fertilizer, regenerate and generate life.

How can we still slaughter them today in Europe, systematically heralding them?

 

The gardens of the bay are organized. it is true. A nature under the hand of human so that everything is beautiful. Rich of a British heritage, Singaporeans have kept this dexterity to shape the landscape, to choose the richest varieties to create balanced paintings, to infinity.

 

The fun aspect is never put aside. it is important to challenge children and make them aware of the ecological issue and the role of the plant kingdom in our society today.

  

 

The choice of varieties is also important. it is necessary to set up attractive, robust, voluntary and generous plants. They must also be highlighted in order to give them the optimal conditions to give themselves. the win win bet is won.
The politics of this state of dictatorship is astonishing, heckles the apprioris and makes us think in a very strange way.

  

 

From water, life is born. The lotus is one of the amblemes of the city. The plant nourishes and shelters life, this urban turtle will not dispute it. She absolutely does not envy our aquarium turtles.

    

 

A kingfisher.

  

 

 

Keeping the plants is important in Singapore, you understand it and make it known too. For this purpose, in the park, two greenhouses can be visited. They are very different from each other:

CLOUD FOREST

Is certainly the one we prefer. It tends to synthesize an exuberant nature, wild, crazy. With its waterfall of 35m foaming, it plunges us into a huge universe.

  

 

FLOWER DOME

More flowery, necessarily, it is more colorful, sometimes too colorful. The messages that can be read through the stagings, sculptures, are nonetheless revealing. A real human lesson.

  

  

 

A day goes by at Gardens by the Bay, filled with dreams for tomorrow.
We will come back two more times during our stay.

  

RETROSPECTIVE 2018 - SINGAPOUR - 1/6

Avec le mois de Juillet, les vacances s'annoncent, une trève pour la pépinière et le jardin. Cette année, nous avons décidé de nous faire plaisir et d'aller là où notre coeur nous dit d'aller depuis pas mal d'années déjà.
Je me souviens de spots publicitaires sur Liberty TV, pour ceux qui s'en souviennent, ventant les qualités de l'arboretum de Singapour. Pourtant, à cette époque (2003 ou 2004), Gardens by the bay et le fameux Marina Hotel n'existaient pas, pas plus que le ArtScience Museum d'ailleurs.

Dès le 31 juin, notre avion décolle de Franckfort, nous emmenant à Dubai et enfin à Singapour. L'aventure commence.
 

Du 31 juin au 13 juillet

 

GARDENS BY THE BAY

Incontestablement, l'image de Singapour, c'est ceci:
Une ville high-tech, à la pointe des technologies, bien plus moderne que nos vieilles carcasses médiévales ou antiques, qui font pourtant, tant rêver les asiatiques. Ils rêvent d'Europe, mais ne s'en inspirent pas pour autant. Ils sont déterminés à porter leur regard vers le futur, dans lequel ils vivent déjà.
Mais leur ville futuriste, l'est à plus d'un titre.

Parce que Singapour, c'est aussi ceci: Une jungle exubérante où les oeuvres humaines s'inspirent de la nature. il n'est plus question de produire, construire et jeter, comme nous le faisons encore trop en Europe, mais bien de créer en harmonie, en observation des règles naturelles, en mimétisme et surtout en profond respect.

 
SUPERTREES GROVE

Le Supertrees Grove (le bosquet d'arbres géants) est, sans conteste, le symbol de ces 101 hectares de jardins. A l'image des arbres naturels, ils apportent de l'ombre bienfaisante lorsque le soleil est au zénith, mais pas seulement.
Ils accueillent une flore atypique en un conservatoire original de fougères, vignes, tillandsia, bromélias et orchidées rares, parfois en voie d'extinction.
Ils sont équipés d'une technologie spécifique, contribuant de diverses façons, à alimenter le parc en énergie, via des cellules photovoltaiques; à récupérer l'eau de pluie, mais aussi à refroidir les serres via un système de pompe à chaleur inversée. Chaque soir un spectacle de sons et lumières vient compléter, de façon magique, les différentes fonctions de ces sculptures. il n'est plus question, qu'un ouvrage, quel qu'il soit, ne soit doté que d'une seule fonction. Il est important d'amuser et de divertir les foules, d'attirer le tourisme, mais cette volonté unique n'est pas suffisante, à Singapour. Il faut aussi adapter cette requête lucrative à un cadre écologique de recyclage. Le projet est complet et efficace.

 

Partout, à Gardens by The Bay, les supertrees font partie prenante du paysage.

  

 

Marina bays Sands. Du haut de cet hôtel, on peut accéder à un panorama unique sur Gardens By The Bay.

  

 

BALADE DANS LES JARDINS

A Singapour, c'est un choix existentiel que de respecter la Terre et tout ce qui la compose et ce d'une façon égale. Rien n'est mieux, tout est important. Aussi, l'espace laissé aux végétaux est prépondérante. La cité-état a bien compris l'enjeu du 21ème siècle et aussi le rôle essentiel des végétaux dans la sauvegarde de la vie sur terre. Ils sont omniprésents, dans la ville, font partie intégrante de tous les aménagements. ils sont choyés, entretenus et respectés. Une ville moderne pour un futur possible est une ville où le végétal est un élément essentiel. Ils produisent l'oxygène que nous respirons, absorbent la pollution, filtrent l'eau que nous buvons, rafraichissent l'air par canicule et nous protègent du vent et de la pluie. Ils maintiennent les terres et les protègent de l'érosion, ils nourrissent et abritent, apportent de l'engrais, régénèrent et génèrent la vie.

Comment pouvons nous encore les néglier aujourd'hui en Europe, les héradiquer systématiquement?

 

Les jardins de la baie sont organisés. c'est vrai. Une nature sous la main de l'homme pour que tout soit beau. Riche d'un héritage britannique, les singapouriens ont conservé cette dextérité à façonner le paysage, à choisir les variétés les plus riches pour créer des tableaux équilibrés, à l'infini.

 

L'aspect ludique n'est jamais mis de côté. il est important d'interpeller les enfants et de les conscientiser de l'enjeu écologique et du rôle du règne végétal dans notre société d'aujourd'hui.

  

 

Le choix des variétés est aussi important. il est nécessaire de mettre en place des plantes attrayantes, robustes, volontaires et généreuses. Il faut aussi les mettre en valeur afin de leur donner les conditions optimales pour se donner. le paris du "win win" est gagné.
La politique de cet état de dictature est étonnante, chahute les apprioris et fait réfléchir d'une façon bien étrange.

  

 

De l'eau, naît la vie. Le lotus est un des amblèmes de la ville. La plante nourrit et abrite la vie, cette tortue urbaine ne le contestera pas. Elle n'envie absolument pas nos tortues d'aquarium.

    

 

Un martin-pêcheur.

  

 

 

Conserver les plantes est important à Singapour, vous l'avez compris et les faire connaitre aussi. A cet usage, dans le parc, deux serres peuvent être visitées. Elles sont bien différentes l'une de l'autre:

CLOUD FOREST

Est certainement celle que nous préférons. Elle tend à synthétiser une nature exubérante, sauvage, folle. Avec sa chute d'eau de 35m écumante, elle nous plonge dans un univers démesuré.

  

 

FLOWER DOME

Plus fleurie, forcément, elle est plus colorée, parfois trop colorée. Les messages qu'on peut y lire au travers des mises en scènes, des sculptures, n'en sont pas moins révélateurs. Une véritable leçon humaine.

  

  

 

Une journée s'avèche à Gardens by the Bay, remplie de rêves pour demain.
Nous y reviendrons deux autres fois lors de notre séjour.

  

Incontestablement, notre gros coup de cœur à Singapour.

Nous avons visité cette ville-état entre le 01 et le 12 juillet 2018. Ville exubérante par excellence, elle nous embarque pour un trip aux mille facettes.

Ici, dans le jardin botanique, nous retrouvons un peu de quiétude, quoique. Nous y avons passé 4 journées, enfin pas entièrement, mais presque.

Le dimanche est à éviter, si on veut fuir la grande foule. Cependant, nous n’avons pas fui. C’est le lieu de réunion familiale dominicale, avec concert, pique-nique et jeux sur le gazon. Heureusement le parc est grand (82 ha) et nous parvenons encore à réaliser quelques clichés exempt d’humanoïde, notre plus grand pari.

    

Ce parc a été fondé en 1859 par une société horticole et repris par le gouvernement colonial anglais dès 1874. Les botanistes chevronnés de kew ont planté une grande partie des massifs et cela se ressent. L’emprunte britannique est omniprésente. On se retrouve dans un des fabuleux jardins de la RHS, version exotique, le seul indice qui nous permette de faire la distinction.

 

  

 

En Juillet 2015,  le parc est inscrit sur la liste de l’héritage mondial de Unesco, le seul jardin à y paraitre.

 

Un des endroits le plus romantiques du parc : Bandstand.

Avec son petit kiosque hexagonal blanc et son cercle d’arbre de pluie au feuillage jaune (Samanea saman Yellow form), on jurerait vivre une belle saison d’automne quelque part dans un jardin anglais.
Oui c’est un peu cela, mais le climat suffoquant de l’endroit rappelle à notre mémoire où nous sommes.

  

  

 

Ce ficus nous le rappelle également.

 

Les orchidées palissées, ou guidées, montées, élevées, finalement on ne sait plus trop tellement elles sont hautes, certainement 3m ; annoncent le jardin d’orchidées.

   

 

Le jardin national des orchidées

est le seul endroit payant du parc et le prix d’entrée en est dérisoire, à peine plus de 3€ par personne.

  

  

  

Vous l’aurez compris, le parc est organisé autour d’un bon nombre de jardins thématiques. Un de nos préférés est l’Ethnobotany Garden, qui s’imprègne fondamentalement de la culture Singapourienne et alentours.

 

Ethnobotany Garden

 

  

 

EJH Corner House

Est une maison coloniale érigée pour l’assistant directeur du parc.

  

 

Ginger Garden

Avec sa marre aux Victorias.

  

  

    

 

Eco Garden et Eco Lake

Bauhinia kockiana, une plante grimpante assez répandue sur la péninsule, une des multiples variantes du Bauhinia.

  

 

Heritage Museum

Laboratoire et bureau du directeur. C’est là que le professeur Eric Holttum, directeur du parc entre 1925 et 1949, a élaboré sa technique de multiplication des orchidées hybrides.

 

Sundial Garden

Le quadran solaire fut réalisé en 1929 et installé dans ce jardin géométrique, inspirant le calme.

 

Quelques sujets remarquables

Un jeune Baobab Adansonia digitata. Ici les baobab sont plutôt trapus et bien ramifiés.

Le jardin de bambous présente de belles énormes touffes, bien ramifiées et impressionantes.

Un groupe de Bambusa vulgaris striata

Un hibiscus, comme un arbre. Hibiscus tiliaceus, avec ses feuilles pourprées et ses fleurs orangées. Il fallait lever la tête bien haut afin de comprendre à qui on avait affaire.

  

 

Les éphémères

Dans les pays tropicaux, au climat chaud et humide en permanence, les plantes jouent des coudes. Elles sont nombreuses, denses, et la course vers la lumière est intense. Aussi, nous devons captiver l’instant, car ce qui nous émerveille un jour a disparu le lendemain. Quatre jours de visites, ce n’est donc pas exagéré.

Syzygium zeylanicum : Les nouvelles pousses d’un crème éclatant ne durent pas et prennent très vite la couleur de la maturité. Il est parfois difficile de retrouver les plantes d’un jour à l’autre.

  

Uvaria grandiflora : Cette grande vivace doit également bien présenter ses fleurs épaisses, car elles fanent en quelques jours.

Phaleria capitata : Ces fleurs blanches, flanquées à même le tronc, ne restent qu’un jour. Elles contrastent vivement avec l’écorce noire et attirent ainsi d’avantage les pollinisateurs. Le blanc est un code bien connu des insectes pour signaler que le bar est ouvert. C’est important, ce Phaleria doit faire le buzz.

  

Un autre Phaleria, quand les fleurs s’invitent sur les troncs, ce qui est relativement courant sous cette latitude.

  

Encore des fleurs

  

 

Les Calathea sont prisées dans les jardins tropicaux. Elles présentent de bons couvre-sols de 30 à 40cm de haut, de belles feuilles très colorées, en de multiples variations de panachures. Les fleurs étoilées sont délicates, du blanc au rose. Mais attention à l’invasion, la croissance est rapide et elles se densifient rapidement. On a pu noter, que dans le jardin botanique, c’est évident, ces plantes sont cadrées, nettoyées, éclaircies très régulièrement, pour offrir le meilleur de leur aspect.

 

 

 

  

 

Hibiscus blanc

 

Orthosiphon aristatus en version panachée. Communément appelée cat’s whispers (moustaches de chat) en raison des longues étamines, c’est une plante médicinale et ornementale.

 

Caesalpinia pulcherrima ‘Rosea’, en forme arbustive. Cette plante plutôt courante se rencontre régulièrement en version orange, rouge et jaune.

 

Couroupita guianensis. Il s’agit d’une fleur très épaisse et spectaculaire. Le Couroupita n’a pas qu’une seule particularité avec ces fleurs. Son nom commun est l’arbre à boulets de canon car son fruit ressemble étonnamment à ces lourdes munitions sphériques. A découvrir lors d’un autre article.

Heliconia vellerigera 'She kong', une forme très poilue de cette plante aux multiples variétés. C’est l’Heliconia à queues de singe.

 

Les feuilles s’éclatent

Les Costus vargasii nous ont, sans cesse, attirés avec ses tiges élégamment spiralées. Les jeux graphiques de formes, couleurs et d’ombres sont ravissants.

Cordylines colorés, une multitude de variétés sans nom.

  

 

Des plantes grimpantes, exubérantes, hors norme et un coup de cœur.

Petra volubilis. Une magnifique plante avec ses longues grappes vertes, puis mauves. La fleur pourrait paraitre simple au premier abord, mais une deuxième corolle s’ouvre graduellement.

 

  

Passiflora trifasciata. Voilà une très belle passiflore à la fleur monochrome blanc pur et aux feuilles colorées : vert glauque, gris, rose et revers pourprés violacés. Un régal pour les yeux.

  

L’étonnant ficus villosa qui peut habiller complètement le tronc de son hôte en y appliquant méthodiquement ses feuilles.

Et un de nos coups de cœur, une Freycinetia pour laquelle nous nous évertuons à retrouver son petit nom.  Ses feuilles sont plus courtes et plus épaisses que la F. arborea  et ses épis d’étamines plus longs que celle de la F. funicularis. Avis aux connaisseurs.

 

  

Des fruits

Des bananes pourpres : Musa siam ‘Ruby’

Garcinia mangostana, le mangoustier.

licuala peltata

 

Des écorces

Alstonia angustiloba. Un tronc siamois impressionnant à la base en drapé sculpté.

  

Hymenaea courbaril . Une déclinaison colorée, vert, gris crème, vanille, kaki, ocre.

  

Pentaspadon motleyi . Une jolie texture marbrée, terre de Sienne.

Libidibia ferrea.

Flacourtia jangomas. Un peu trop piquant.

 

Mataleuca cajuputi. De gris clair à crème, tout pelé.

 

Tristaniopsis obovata. Acajou, kaki, belle desquamation.

 

Syzygium antisepticum. Un peu spongieuse.

 

Anisoptera marginata. Des nuages zébrés se promènent dans un ciel vert.

 

Myrciaria vexator. Du noir au blanc, ou pratiquement.

 

Des racines

Dans ce climat humide, où les pluies abondantes sont souvent journalières, il faut éviter de glisser ou de tomber. Voici la réponse de quelques uns des habitants.

Pentaspadon motleyi 

   

 

carpentaria acuminata

Dialium platysepalum

Et aussi un peu de faune

Sur les rives de l’Eco Lake, les tortues prennent un peu d’air.

Les écureuils sont plus petits que chez nous, comme les moineaux et les pigeons d’ailleurs.

Les sauterelles sont tachetées.

Et les libellules rouilles.